Le Dub : une autre version du reggae jamaïcain

Les musiques jamaïcaines ne finiront jamais de nous surprendre. Imaginez des basses hypnotiques et un jeu de batterie enivrant. L’ambiance fait penser au soleil tout en reflétant une joie de vivre incommensurable. Soyez les bienvenus dans l’univers du Dub, l’ancêtre même du Techno.

Le Dub est bien le père du Techno

Longtemps avant les premières Techno Parade, le Dub a déjà fait ses adeptes. Cette musique est née du Reggae comme la plupart des rythmes jamaïcains. Elle se distingue par l’utilisation à outrance d’effet, notamment la réverbération et les différentes possibilités d’échos. Le résultat était un son électro qui se trouve à des années-lumière des morceaux folks de Bob Marley ou de Jimmy Cliff. Bref, c’était du Techno avant l’heure made in Jamaica.

Une musique basée sur le remix

La technicité se trouve à la base même du Dub. Les adeptes de ce genre musical affectionnent les effets ajoutés à des morceaux qu’ils connaissent déjà. La plupart du temps, le remix est fait en temps réel devant un public qui s’efforce de suivre le tempo tout en appréciant la créativité du DJ. Parfois, le disc jockey et l’orchestre se trouvent sur la même scène pour un résultat plus qu’intéressant. Le Dub convient autant aux clubs huppés qu’aux festivals musicaux bien arrosés.

Une musicalité sans limites à explorer

Voir le Dub comme le résultat du remix de certains morceaux reggae serait une image réductrice. Il s’agit davantage d’une porte qui ouvre sur un tout autre univers musical. C’est la raison pour laquelle, ce rythme continue de faire son bout de chemin. Le bruitage, les onomatopées et toutes les autres possibilités continuent d’être explorés. Parmi les dub-masters les plus influents, il y a Osbourne Ruddock, Hopeton Brown et Neil Fraser. Le nom de l’Anglais Mad Professor était également à retenir.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked with *.